Les yéyés ont 5 ans! Interview croisée des musiciens…

Le meilleur gig yéyé de tous les temps?

Eric Dagostino : Lors des «fêtes de la Solidarité» à la citadelle de Namur. Blondie, Calogero et Fugain passaient sur la grande scène. Mais il pleuvait et tout le monde désertait les concerts des stars. Avec Thierry Bodson et Marc Goblet, nous avons littéralement mis le feu dans le chapiteau de la FGTB. Le premier gig sous la tonnelle des REE à Borzée était également haut en couleur. On a joué jusqu’au bout de la nuit, pour se réchauffer, tout le public bloqué sous la tonnelle par la drache ardennaise. Enfin, lors des fêtes d’été de Koekelberg, il pleuvait à seaux et il y avait peu de gens dans la salle. Les musiciens du Grand Jojo qui passait plus tard étaient là. La choriste du Lange Jojo nous a fait un de ces shows sur « Superstition »… ouah !

Christophe Mercier : Il sera difficile de détrôner un jour le gig magique et fondateur de Borzée, aux REE, il y a 5 ans. La première de Didier Fontaine qui retrouvait son pote de 20 ans, Marc De Martelaere. Son foireux, impossible les 15 premières minutes. Puis soudain, la magie… Sous une petite tonnelle, avec la pluie qui ruisselait sur les côtés, 50 personnes absolument déchainées, des morceaux d’anthologie, dont la première «Bombe humaine» du regretté Benoit Lechat. 5 heures sans break, sans aller faire pipi. Les yéyés sont vraiment nés ce jour-là.

Marc De Martelaer : Le prochain… Toujours le prochain…

Didier Fontaine : Peu importe, pourvu qu’il soit réussi ! « Ils sont tous plus meilleurs les uns avec les autres ».

Gauthier Lisein : A venir…. Avec Didier ET Gauthier réunis….

Frédéric «Frouche» Dailly : bientôt !

 

La chanson que tu préfères jouer ?

Eric Dagostino : «Putain putain», évidemment. C’est notre hymne. Sinon, j’adore tous les Bashung, je ne m’en lasse pas … Bella Ciao reste également dans mon coeur de révolutionnaire.

Christophe Mercier : Jumping Jack Flash des Stones égalité avec Rappers Delight

Marc De Martelaer : C’est un instrumental…

Didier Fontaine : Les Champs-Élysées. Un solo de batterie avec du chant sans que ça gêne.

Gauthier Lisein : Toutes!!!

Frédéric «Frouche» Dailly : heu… Putain putain, Alexandrie …

 

Le gig le plus foireux ?

Eric Dagostino : Un mariage sous une tonnelle. Il devait y avoir 15 personnes en tout. On prenait plus de place avec nos instruments que les invités réunis. J’ai vraiment cru qu’on y arriverait pas. En réalité ,tout le monde s’est mis à chanter. On a joué jusqu’au bout de la nuit … Un des plus beaux souvenirs.

Christophe Mercier : Heureusement, il n’y en a pas eu beaucoup. Mais cet anniversaire où l’organisateur voulait tout contrôler, ne nous laissant aucune manoeuvre, m’a laissé un goût amer. Il avait prévu trois mille animations et nous coupait pour passer un slide show interminable ou faire un quiz avec les invités. Un moment pénible…

Marc De Martelaer : Pas un yéyé…

Didier Fontaine : Le ??? ;o) j’en ai plusieurs en tête, mais c’est peut-être bien le soir où j’ai appelé un pote (Alain Léonard) pour venir dare-dare mixer parce qu’il y avait le matos, mais pas d’ingénieur son. Vraiment pas d’ambiance et des gens tristes.

Gauthier Lisein : Tous.

Frédéric «Frouche» Dailly : Dans un endroit qui résonnait beaucoup trop fort, une église désacralisée transformée en salle des fêtes…

 

Selon toi, quelles sont les trois chansons les plus demandées ?

Eric Dagostino : Non rien à changer des popys, Femme libérée, Je t’emmène au vent

Christophe Mercier : Les filles du bord de mer, Amstrong, Pour un flirt

Marc De Martelaer : Allumez le feu, Alors on danse,…

Didier Fontaine : Alors on danse, Allumez le feu et Femme libérée.

Gauthier Lisein : Cloclo, Piaf, Rita Mitsuko

 

Ton meilleur souvenir avec les yéyés ?

Eric Dagostino : La prison de Saint-Hubert. Nous avons commencé à 18 heures pétantes alors qu’il n’y avait qu’un seul prisonnier : Joël. Il y avait eu une espèce de mutinerie, personne n’avait pu nous rejoindre en temps et en heure. Joël a fini par chanter seul devant deux gardiens et la directrice. Nous avons monté le son, joué à fond de balle, insisté et les codétenus de Joël ont fini par arriver …  Alors que la sauce commençait à prendre , on a du arrêter sharp à 20h. Désespérant de bonheur !

Christophe Mercier : C’est un mail. Celui d’une maman d’une jeune fille qui est en institution psychiatrique et qui nous remerciait. Sa fille, qui a de terribles problèmes pour s’exprimer et sortir d’elle-même, a pris le micro à la fin de la soirée pour chanter, sous les yeux incrédules de sa famille et ses amis. C’était à la brasserie de l’Union, où l’on a joué trois fois et qui est notre café préféré à Bruxelles.

Marc De Martelaer : C’était il y a 6 ans…

Didier Fontaine : Mon tout premier gig avec les yéyés…à Borzée aux REE.

Gauthier Lisein : Ils sont tous bons!! Le fun c’est quand même les plans qu’on pourrait croire foireux…. Scène de merde, public de merde, son de merde et finalement…le FEU!!!

Frédéric «Frouche» Dailly : les sports d’hiver au Village Club du Soleil à Montgenèvre et à la brasserie de l’Union !

 

L’endroit où tu as préféré jouer ?

Eric Dagostino : Le chapiteau des Baladins du Miroir

Christophe Mercier : Pour le mariage de mes amis Gilles et Charlotte, en juillet 2014 à Lunel, en Camargue. C’était dans la cour d’un grand mas ayant appartenu au frère de Victor Hugo. Les façades étaient éclairées, il faisait chaud, les invités étaient jeunes et beaux, il y avait une ambiance complètement hors du temps, magique.

Marc De Martelaer : C’est l’endroit où les personnes ont envie…

Didier Fontaine : C’était pour un séminaire à Bruxelles de l’«Europeen Green Party» au «EGG» en 2014. Son confort et chouette public. Allemands, italiens, norvégiens, belge, toute l’Europe réunie dans la convivialité.

Gauthier Lisein : St-Gilles…Brasserie de l’Union

Frédéric «Frouche» Dailly : Brasserie de l’Union , la Tentation …

 

Le meilleur « Putain putain » ?

Eric Dagostino : Oufti, on a tellement de versions déjantées. Pour moi, la plus particulière est justement celle sous le chapiteau des Baladins du Miroir, à la fin d’une soirée d’anniversaire privée à Jodogne. Il devait être 2h du matin. Les flics, alertés par un lointain voisin aux oreilles sensibles, buvaient un café. On a décidé de terminer en sourdine avec un «Putain» délicat, presque sur le souffle, en murmurant. Magistral !

Christophe Mercier : Je ne sais plus où, mais j’ai un jour terminé le morceau par un terrible rire diabolique, interminable. C’était jouissif. Mais ils sont tous bien, nos «Putain Putain» !

Marc De Martelaer : Le prochain…

Didier Fontaine : Oups…j’en ai la sensation, mais j’étais tellement dedans que je ne vois plus où c’était.

Gauthier Lisein : Tous!!!
Frédéric «Frouche» Dailly : Ma femme !

 

301510_261674107196673_261188477245236_921259_1431438062_n